La pandémie mondiale du corona virus, l’impact sur le pétrole.

La seconde vague mondiale va-t-elle engendrer un nouveau krach pétrolier sans précédent ?

Tout d’abord il faut savoir que 2020 ça a été la pire année de tous les temps pour l’or noir. Le pétrole est menacé par le virus ! Les cuves débordent, le prix du baril s’effondre. On a perdu beaucoup d’argent et on en perd encore tous les jours !

Le brut inonde le marché, la guerre commerciale fait rage. Il y a une overdose de pétrole en ce moment et je ne sais pas si vous vous en rappeler mais le pétrole au mois de mars de cette année, je vous avais dit : ” ça pue et si ça casse ce niveau, ça risque effectivement de faire très mal. “

L’évolution du court du pétrole

Analyse du 01/03/2020 : Le pétrole est dans une tendance baissière, super baissière ! Mais le pétrole, c’est vraiment intéressant. Je vais vous prendre un graphe long terme, ça vous permet d’avoir une idée où on se situe sur le pétrole. Parce que là c’est vraiment clé ce qui va se passer.

Le pétrole, vous voyez ici en 2016 on a eu un point bas sur les 27 dollars. Là ça s’était effondré et il y a beaucoup de Hedge funds qui ont perdu énormément d’argent durant cette phase. Puis on a eu cette phase de reprise sur les 86 dollars. Puis ensuite le pétrole a baissé, ce que je veux vous montrer ici c’est une grosse zone de support.

C’est un graphique mensuel ; c’est du très très long terme ! On voit bien que si on casse cette zone de support qu’est-ce qui va se passer ? Ca va faire mal !

On en revient à ce que je disais sur les indices… On est vraiment sur des niveaux charnières et ce niveau de support il a été touché en 2017 . On a un autre petit support par là, puis il a été touché en décembre 2018. On voit bien que c’est une grosse zone de support, c’est le niveau des 50 dollars et en dessous de 50 $ on a 26 dollars sur le pétrole.

Est-ce que ça va arriver ?

Si c’est la cata économique sur un plan mondial, ce n’est pas impossible je n’ai pas envie de vous faire peur. Mais ce n’est pas impossible !

Le confinement mondial a engendré la chute du court du pétrole.

Finalement, c’est ce qu’on a eu : une chute du pétrole ! Et puis bien évidemment on a eu un rebond logique, mais surtout ici on commence à avoir un retournement. Alors le rebond n’est jamais revenu sur les précédents points hauts, c’est la caractéristique d’un marché baissier.

Un marché baissier c’est généralement comme ça, on a un rebond et puis ça se casse la figure.

Est  ce que finalement le pétrole risque de chuter vraiment très fort ?

Alors bien évidemment on voit bien qu’il y a une grosse zone de support, on est en train de casser les précédents supports du mois de septembre. Mais on est véritablement ici sur les niveaux du mois de juin, juillet. Donc juin, juillet, on est sur le point de les casser. Aujourd’hui le pétrole a réalisé finalement moins 4%. On n’a jamais eu une année aussi catastrophique pour le pétrole et on a même eu aux Etats-Unis un pétrole négatif !

Le baril de pétrole américain a poursuivi sa descente aux enfers ce lundi en enregistrant une chute record pour atteindre une valeur négative ; du jamais vu son plus bas niveau historique. Ce contrat qui concerne les livraisons du mois de mai arrive à expiration mardi, les détenteurs doivent donc trouver des acheteurs physiques au plus vite. Le baril a terminé à moins 37,63 dollars il en valait encore 60 au début de l’année !

Bien évidemment c’était un moment court mais c’est également un phénomène qui s’explique par des échéances donc on devait livrer à tout prix. Mais personne ne voulait du pétrole et c’est la raison pour laquelle effectivement l’offre était bien plus importante que la demande. On s’est retrouvé avec des prix négatifs, mais ça a été la pire année de tous les temps pour le pétrole.


2020 : la pire des années pour le pétrole

La pire année depuis 2008 et peut-être la pire de tous les temps !

Depuis le début de l’année le US OIL a perdu 77 % depuis les plus hauts. Voyez ici les plus hauts et le US OIL a perdu 77 % et il a même évolué dans le négatif. J’ai d’ailleurs parlé du pétrole en mars, en avril dans de nombreuses vidéos. Ici on voit également le prix du pétrole en négatif, et donc la question qui se pose que beaucoup de personnes se posent : est-ce que finalement avec cette deuxième vague on va revivre la même catastrophe sur le pétrole ?

 

Les grandes entreprises impacter par la chute.

Tout d’abord tous les journaux le disent, le pétrole il est plombé par la crainte d’une deuxième vague de contamination. 10% des entreprises pétrolières et gazières ont fait faillite dans la dernière année. Parmi celles qui ont le plus souffert, les petites boîtes notamment aux Etats-Unis.

Total, qui est quand même une énorme entreprise française, avec beaucoup de particuliers Français qui sont investisseurs, va diminuer sa production de pétrole pour la première fois depuis un siècle. C’est énorme, c’est un truc qui n’a jamais été fait auparavant ! Total va investir 2 milliards de dollars par an dans l’éolien et le solaire, zéro pétrole. Total reconverti la raffinerie de Grand puits. Pour eux effectivement ils vont produire des biocarburants donc c’est une évolution qui est positive bien évidemment. Mais ça ne veut pas dire que Total va redevenir profitable.

Des milliers de postes supprimés…

Dans le monde du pétrole c’est un événement, en juin 2020 la compagnie BP a annoncé 10 000 suppressions d’emplois. Entre 13 et 17 milliards de dollars de dépréciations dans ses actifs, une conséquence du coronavirus qui a porté un coup d’arrêt à l’économie mondiale et donc à la demande de pétrole mais aussi de nouvelles perspectives moins favorables que prévues.

Shell également qui est un géant dans le domaine du pétrole annonce  qu’ils vont supprimer 7 000 à 9 000 postes pour faire face à la chute des cours du brut, et encore une fois c’était dans les conditions actuelles. Donc vous imaginez si le pétrole baisse encore fortement, ce qui n’est pas impossible, ils vont peut-être licencier encore plus de personnes. On parle de 7 000 à 9 000 suppressions de postes d’ici la fin 2022, ça représente entre 8 et 11 % de l’effectif mondial de Shell.

L’onde de choc s’est aussi ressentie chez l’américain Chevron avec 6 000 emplois supprimés où le français Total avec 3 000 emplois dans sa filiale spécialisée dans le caoutchouc et le plastique.

2020 marque-t-il l’émergence des énergies renouvelables ?

Enfin beaucoup parlent de la fin du pétrole alors ce n’est pas pour tout de suite, mais dans un horizon 20 ans 30 ans on parle de plus en plus de fin du pétrole.

D’ailleurs même à Dubaï et même aux Emirats on parle de ça ! Ils en parlent depuis pas mal de temps, ils disent à un certain moment on arrêtera de produire le pétrole. C’est la raison pour laquelle ils sont également en train d’investir énormément dans tout ce qui est énergie renouvelable.

Mais ce qui est intéressant ici c’est ça, regardez ici le pétrole et les projets. Il y a des majors pétrolières pour 2020 à 2030, vous avez effectivement le solaire qui va commencer à représenter 989 gigawatts, l’éolien offshore, l’éolien terrestre et toutes les majors pétrolières aujourd’hui se tournent de plus en plus vers les énergies renouvelables.


Le vaccin, est-il la solution ?

Ce que je vais faire ici c’est rapidement analyser le graphique de Total

Total on voit bien qu’il y a une vraie chute que depuis les sommets réalisés en juin le titre Total a baissé de quasiment 37%. Depuis le début de l’année le titre Total a perdu l’équivalent de 50% de sa valeur, sachant qu’encore une fois que c’était la plus grosse capitalisation boursière en France. Ce qui explique également la mauvaise santé du CAC 40, puisque dans le CAC 40 il y a beaucoup de financières.

Shell, royal Dutch Shell vous voyez idem, la configuration est catastrophique depuis le mois de mars. Royal Dutch Shell a perdu 62% donc on voit un peu une configuration qui est similaire  pour les principales valeurs pétrolières donc la réponse est-ce que finalement cette deuxième vague va aggraver la situation ? Encore une fois, je sais que je vais choquer certaines personnes mais la solution encore une fois ça va être un vaccin, ça va être de trouver un remède au corona virus. Sinon qu’est-ce qui va se passer ?

On va avoir effectivement des périodes de confinement re-confinement ; confinement re-confinement… On va dans la totale incertitude sachant que même si on trouve un remède rapidement, ça ne veut pas dire que c’est la solution miracle. Il va falloir voir s’il y a des effets secondaires, qu’est-ce que ça donne, est-ce que les gens réagissent bien …

Donc ce n’est pas une des solutions-miracles ATTENTION mais beaucoup le disent la solution ça va être de trouver un remède. Sinon on risque effectivement d’avoir une situation qui dure pendant quelques mois et peut-être même quelques années.

 

À LIRE AUSSI :  URGENT : Aurez-vous une retraite avant 75 ans ?

2020, année Incroyablement mouvementée sur le pétrole ! 

Descente aux enfers, fort rebond puis maintenant reconfinement…

– Quel impact sur le cours du pétrole ?

– Va-t-on vers un krach encore plus violent ? 

Je t’explique tout dans cette vidéo !

📕Suivre la MasterClass TKL LFA: https://thami.net/lfa

📕Rejoignez-moi sur Telegram : https://thami.net/telegram

📙Téléchargez l’audio du Best Seller AGIR : https://thami.net/agir