Napoleon Hill : Réfléchissez et devenez riche, Chapitre 9

Napoleon Hill : «  Réfléchissez et devenez riche »

Chapitre 9 : Huitième étape vers la richesse : La persévérance.

La persévérance est l’un des facteurs essentiel à la transformation du désir en argent. A son origine se trouve le pouvoir de la volonté. Ce pouvoir lié au désir est irrésistible et les deux font partie du caractère de ceux qui conquièrent les grosses fortunes. Au pouvoir de la volonté, ils allient cette persévérance et cela assure la réalisation de leur désir. La plupart des gens sont prêts à abandonner leurs projets au premier obstacle et très peu persévèrent. Les vrais gagnants ne se laissent pas abattre par l’échec et persévèrent, malgré les obstacles jusqu’à leur but.

Pour augmenter sa persévérance, il faut avoir le désir. Si celui-ci est tiède, il est comme un petit feu qui ne réchauffe pas. Il faut l’entretenir afin qu’il devienne obsessionnel. Une autre manière d’augmenter sa persévérance peut se faire par le biais du cerveau collectif et ses membres motivés.

Il faut observer continuellement les règles de ce livre et non occasionnellement pour parvenir à la richesse, jusqu’à ce que cette discipline devienne une seconde nature. On développe ainsi cette « volonté d’argent ». Si elle n’est pas naturelle pour vous, vous devrez créer cette volonté avec persévérance.

Hill explique la valeur de la persévérance en prenant le cas du cauchemar où l’on rêve que l’on étouffe. On est incapable de bouger le petit doigt et on doit reprendre le contrôle de ses muscles. On commence par retrouver la capacité de mouvoir les doigts d’une main. Ensuite le reste du bras que l’on parvient à lever. On fait ensuite de même avec l’autre main et l’autre bras. On passe ensuite aux jambes jusqu’à retrouver un contrôle musculaire total et émerger du cauchemar. On y parvient peu à peu, en persévérant.

Il en est de même pour l’inertie, elle se vainc petit à petit. Il est bon dans notre cerveau collectif de trouver une personne qui puisse nous enseigner par l’exemple cette persévérance. Napoleon Hill croit que chaque homme a une sorte de guide caché (il n’en précise pas vraiment la nature, mais parlons plutôt d’un être spirituel) qui guide les hommes en leur faisant subir différentes épreuves pour éprouver leur persévérance. Ceux qui ne le comprennent pas n’avancent pas et ceux qui avancent sont récompensé au final. Tout échec porte en soi le germe de la réussite.

L’échec n’est qu’une condition passagère pour celui qui persévère. C’est un appel urgent à redoubler d’effort. C’est ainsi que l’on lutte contre le découragement. En persévérant, à un certain moment, une force irrésistible et silencieuse vient à notre aide pour lutter contre le découragement Ce fut le cas de Fanny Hurst qui voulait écrire des spectacles Broadway et qui vit bien des fois ses manuscrits refusés par les producteurs mais qui ne se découragea pas et au final, arriva à ses fins.

La persévérance se cultive grâce aux points suivants :

– La précision de l’intention : savoir ce que l’on veut
– Le désir ardent
– La foi en soi
– La précision des plans
– Des connaissances adéquates
– La coopération
– Le pouvoir de la volonté : la concentration sur l’élaboration des plans indispensables à la réalisation du but poursuivit conduit à la persévérance.
– L’habitude : la répétition imposée d’actes de courage

Hill invite le lecteur à faire une analyse sérieuse de ses défauts qui l’empêche d’être persévérant. Il cite ainsi la liste suivante d’ennemis de la persévérance :

– L’impossibilité de reconnaître et définir clairement ce que l’on veut
– L’hésitation et son lot d’alibis et d’excuses
– Le manque d’intérêt pour un enseignement spécialisé
– L’indécision et l’habitude de laisser les autres prendre toutes les décisions à votre place
– L’habitude de se reposer sur des excuses au lieu de créer des plans précis pour trouver une solution à son problème
– Le contentement de soi
– L’indifférence qui se manifeste habituellement par la recherche systématique de compromis là où il y aurait lieu de faire face aux obstacles et d’essayer de les franchir
– L’habitude de critiquer les erreurs des autres et d’accepter des circonstances défavorables comme inévitables
– La tiédeur d’un désir qui vient de ce qu’on néglige le choix des intentions
– La volonté et même parfois la hâte, d’abandonner au premier signe de défaite
– L’absence de plans organisés et soigneusement rédigés pour pouvoir être mieux étudiés
– L’habitude de négliger l’occasion qui se présente
– Souhaiter au lieu de vouloir
– L’habitude d’établir des compromis avec la pauvreté au lieu de vouloir la fortune. Le manque total d’ambition d’être, d’agir, de posséder
– La quête des raccourcis menant à la fortune ; essayer de prendre sans rien donner
– La peur d’être critiqué, la peur du « qu’en dira-t-on » qui fait échouer autant l’élaboration que l’application de plans. Cet ennemi numéro un se cache généralement dans le subconscient.

Beaucoup de gens ont peur d’être critiquer et voient ainsi leurs idées mourir dès la naissance par peur du « qu’en dira-t-on », de la critique, de la moquerie. Elle tue souvent toutes leurs ambitions. Il ne faut pas autoriser no proches à nous influencer de la sorte de peur de ne jamais rien faire.

Beaucoup de gens espèrent également un coup de chance et l’attendent en vain toute leur vie. La seule véritable chance est celle que l’on se crée soi-même. Hill cite le cas de l’acteur W.C. Fields qui en 1929 et âgé de 60 ans se retrouva sans travail , le vaudeville ayant été rayé du théâtre. Plutôt que de baisser les bras, il frappa à la porte d’une industrie naissante, le cinéma parlant et parvint ainsi à mener une seconde carrière. La chance ne se provoque que par la persévérance.
La richesse ne vient pas en réponse à des souhaits. Elle vient seulement à ceux qui ont des plans précis, des désirs définis et une persévérance constante.

Napoléon Hill poursuit en citant les 4 étapes vers la persévérance :

– Un but bien précis et le désir ardent de le réaliser
– Un plan précis qui s’exprime par une action soutenue
– Un esprit absolument étanche aux influences pernicieuses ainsi qu’aux suggestions négatives des parents, des amis et de l’entourage
– Un lien amical avec celui ou ceux qui vous encouragent à persister dans votre plan et vers votre but.

Grâce à la mise en pratique de ces étapes et des 13 lois du succès, l’homme contrôle son destin économique, conquiert la liberté et l’indépendance de pensée, la fortune, le pouvoir, la célébrité, se garantit des coups de chance, convertit ses rêves en réalités, maîtrise la peur, le découragement et l’indifférence.

Pour cela, il n’est nul besoin d’une intelligence au-dessus de la moyenne, d’une instruction particulière ni de trop de temps et d’efforts.

Napoleon Hill a été très impressionné par deux personnes : Henry Ford et Thomas Edison.
Le premier, commençant de rien, a réussi à bâtir un empire industriel. Le second, n’ayant suivi que quelques mois de scolarité, a néanmoins réussi à devenir l’inventeur de centaines d’inventions. Comme c’est le cas pour de nombreux hommes de premier plan, Hill y a vu une explication : la persévérance

Napoleon Hill conclut son chapitre en parlant du prophètede l’Islam Mohamet.
Mohamet ne fit aucun miracle. Il n’était ni mystique ni savant et ne se révéla qu’à l’âge de 40 ans lorsqu’il se présenta comme le messager de Dieu. Il fut au départ ridiculisé, insulté et même banni de sa ville natale de La Mecque. Il se fit pourtant des disciples qui, dépouillés de leurs biens, le suivirent dans le désert. Durant 10 ans, il ne récolta que mépris, pauvreté et moqueries, mais dix années passèrent encre et il était le grand maître de l’Arabie, le gouverneur de La Mecque et le chef d’une religion nouvelle qui ne tarderait pas à s’étendre du Maghreb à l’Indonésie.

Mohamet avait d’abord été berger avant de devenir chef-caravanier pour le compte d’une riche veuve qu’il épousa finalement à l’âge de 28 ans. Il fit ainsi de nombreux voyages et acquis une connaissance approfondie et pratique des hommes.
Le miracle de la vie de Mohamet fut le Coran car jamais l’homme n’avait donné preuve du moindre talent pour la poésie et l’éloquence. L’œuvre présentait des propos révolutionnaires du point de vue politique : l’égalité des hommes devant Dieu, la démocratie et ceci contribua à son exil.

Du désert aride, monta une flamme qui ne s’éteindrait pas, malgré l’opposition. Des hommes se levèrent pour leurs idées, prêt à affronter la mort. De cet islam des origines dépourvu de toute richesse, naquit une civilisation, des arts, une littérature, des sciences et des concepts tels celui de l’université, lieu d’où rayonne le savoir.

RESUME :

La persévérance modifie le caractère d’un homme, comme le carbone transforme le fer en acier. Avec de la persévérance, on peut construire les conditions de notre réussite financière.

Les 8 conditions indispensables à la persévérance nous montrent comment on l’acquiert par l’exercice.

Quatre étapes faciles à suivre conduisent à l’habitude de la persévérance à condition de rejeter toute influence négative susceptible de nous affecter.

A SUIVRE….

Demain : Le Cerveau Collectif

A propos Thami Kabbaj

Regarder également

Je teste pour vous la #Ferrari 458 spider en live !

Je teste pour vous la #Ferrari458spider en live… comme promis #Ferrari Bonjour les amis ! …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez immédiatement

le Guide Ultime pour Vivre du Trading

Ce que vous devez absolument savoir avant de prendre votre premier trade

Merci pour votre inscription à notre Newsletter !