Rejoignez plus de 280 000 ABONNÉS YOUTUBE maintenant !

La monnaie de singe

Alors bien sûr, on a vu les injections massives de liquidité, l’argent qui coule à flot et on se dit qu’il y a un problème. Au Zimbabwe : on a cette image du mec avec une brouette de billets, il est milliardaire. En fait il est réellement fauché mais milliardaire en billets en papiers… On dit milliardaire en monnaie de singe, c’est à dire que l’argent n’a plus de valeur. C’est comme si il se baladait avec des billets de Monopolie.. C’est ça l’hyperinflation. C’est une situation où l’inflation est tellement forte que l’argent n’a plus de valeur. Je vais vous développer l’hyperinflation et les risques d’hyperinflation.

Alors tout d’abord, aujourd’hui on a une injection massive de liquidité, l’argent coulait à flots, on n’a jamais eu ça dans l’histoire de l’humanité. Rapidement, on a mis énormément d’argent sur l’économie.

Beaucoup pensent que la crise n’aura pas de conséquences inflationnistes. Ils se disent : « Aujourd’hui on est tellement dans la crise, la déflation elle est tellement présente qu’il n’y a pas de risque inflationniste ». Or moi je sais une chose, c’est qu’on ne sait rien, que tout est possible, il faut s’attendre à tout les scénarios.

Paul Krugman, (prix Nobel d’économie) dit la chose suivante : « les économistes font de mauvais spéculateurs, ils réfléchissent mal. » Et un bon trader ou un bon investisseur pour moi, c’est quelqu’un qui évalue différentes possibilités, c’est à dire il n’y a pas qu’une seule possibilité. Et il ne se dit pas il y a ça et c’est sûr. Non !

Voilà : plan A, plan B, plan C, plan D etc… Et dans tel cas de figure, est ce que mon argent il sera bien investi ou pas ? Est-ce que je serai protégé ou pas ?

Des conséquences inflationnistes ?

Depuis 30 ans, le bilan des banques centrales, ce qu’elles ont en liquidité, l’argent qu’elles ont injecté a augmenté fortement mais sans inflation. Alors c’est ce qui incite les gens à se dire : « finalement, on a fait ça pendant 30 ans, et il n’y a pas d’inflation ».

Les gens ont tout simplement confiance ! Pourquoi au Zimbabwe on a eu de l’inflation ? C’est qu’à un certain moment, il y a eu de la fuite devant la monnaie. C’est à dire que les gens ont tellement peu confiance dans leur monnaie qu’ils essayent de s’en défaire le plus vite possible, et c’est ce qui crée de l’inflation.

Le Quantitative Easing ou QE

Le QE pratiqué aux Etats Unis et en Europe depuis 2008 n’a pas provoqué une hausse des prix, mais uniquement une hausse des actifs financiers et immobiliers. En d’autres termes, il y a eu beaucoup d’argent déversé. On a eu des taux d’intérêt extrêmement bas.

Et ce que l’on a noté, c’est que les actions en bourse ont monté, mais également l’immobilier. Ce n’est pas partout, pas dans toutes les villes, mais on voit bien que comme il y a eu beaucoup d’argent déversé, les gens se sont dit : bon le livret A ne va rien me rapporter et l n’y a pas vraiment d’alternative. La seule alternative, c’est d’investir en bourse et d’investir dans l’immobilier. Maintenant ça fait des années qu’on fait ça mais est-ce que cette fois ci, ce sera différent ? Est ce qu’à un certain moment, les gens ne vont pas paniquer, et finalement fuir devant la monnaie ?

Les injections de liquidité de la FED ou de la BCE durant les dernières semaines, les derniers mois… C’est du jamais vu depuis la création de ces institutions, on n’a jamais vu ça ! Beaucoup estiment que ça va résulter sur un boom inflationniste.

En 2020, on voit l’explosion de la « balance sheet » c’est à dire le bilan de la FED. En 2008, pendant la crise des supprimes on avait une petite explosion, puis une grosse stabilisation. Donc on a eu un autre QE aux Etats-Unis, puis une longue stagnation. 

La grande dépression de 1929

Les Etats-Unis ont commencé ou la FED a commencé à sortir des liquidités. Et puis là, rebelote ! Et on voit que c’est très difficile de sortir de ce piège des QE. Une fois qu’on est rentré dedans, on ne s’arrête pas.

Donc pourquoi les banques centrales ont injecté autant d’argent aussi rapidement ?

Alors tout d’abord, il ne faut pas oublier une chose : on va revenir sur la grande dépression de 1929. Pour Milton Friedman, un effondrement de la quantité de monnaie était la cause principale de la grande dépression. C’est à dire qu’à l’époque ce qui s’est passé c’est qu’il y avait de moins en moins de monnaie en circulation, donc on a eu une baisse de la masse monétaire qui a provoqué une baisse des prix, qui a provoqué une hausse du chômage, qui a provoqué une hausse de la destruction d’entreprise, et puis bien évidemment, un phénomène de dépression. Donc le fait d’avoir provoqué la contraction monétaire, donc baisse de la masse monétaire, (on n’a pas sauvé les banques à l’époque), ça a provoqué une crise sans précédent, la crise de 1929 !

Et donc pour Friedman et Schwarz, dans leur étude « A Monetary History of the United States », cet effondrement de la quantité de monnaie était la grande cause de la dépression. Ils ont constaté que la masse monétaire américaine avait diminué de 38 % entre octobre 1929 et avril 1933. Donc ça c’est la première raison. Et ça explique également le QE de 2008. C’est à dire augmenter la masse monétaire, ça permet de diminuer les taux d’intérêt, ça permet surtout d’éviter ce phénomène déflationniste et ce phénomène de dépression. Donc on a limité la casse ! La réserve fédérale a injecté de l’argent dans l’économie au rythme le plus rapide de ces deux derniers siècles. Et pour Timothy George Congdon _Président de l’institut de recherche monétaire international à l’université de Buckingham en Angleterre_ cette réaction est excessive, c’est à dire cette injection massive de liquidité, elle pourrait s’avérer tout aussi néfaste. L’histoire montre que les Etats-Unis connaîtront bientôt une flambée d’inflation. Et ce monsieur il est quand même assez sérieux, c’est important d’avoir finalement ces deux points de vue.

L’offre et la demande 

Je vois beaucoup d’économistes qui disent : non mais il n’y aura pas d’inflation, on est dans une situation de déflation. Pour le moment, on n’est pas en situation d’inflation ni d’hyperinflation clairement. Mais si à un certain moment on n’a pas une hausse de l’offre, donc si l’offre, (c’est-à-dire ce que propose l’entreprise) diminue, si la demande continue d’augmenter, ça entraînera une hausse des prix…

On va revenir rapidement sur la courbe de l’offre et de la demande parce que ça vous permettra de comprendre ce raisonnement. L’offre, c’est une fonction croissante des prix, et la demande elle est là. Si on est dans une situation où l’offre baisse, mais où la demande elle augmente, effectivement on a une demande qui augmente, et on a l’offre qui baisse, et les prix qui flambent. 

Pourquoi aujourd’hui beaucoup de gens disent il n’y aura pas vraiment d’inflation ? Parce qu’il y a des économistes parmi les meilleurs de la planète qui vous disent justement que pour le moment, la dette ce n’est pas vraiment un danger, l’inflation ce n’est pas vraiment un danger. Ces économistes Paul Krugman, Olivier Blanchard qui était l’ancien directeur des études économiques au FMI qui est un français d’ailleurs, et Joseph Stiglitz, et tous ces mecs ils sont passés par le M.I.T, c’est parmi les meilleurs économistes au monde. Ils ont écrit énormément de travaux de recherche.

Le M.I.T d’ailleurs, c’est la fabrique des meilleurs économistes au monde. La prix nobel d’économie française Esther Duflo d’ailleurs, elle est au M.I.T.

Le M.I.T c’est vraiment la fabrique des économistes et des mathématiciens et des physiciens. C’est vraiment une machine de guerre. Il produit je ne sais combien de  prix Nobel. Et donc pour eux, la planche à billets n’est plus un danger.

On avait une hausse de la masse monétaire

La masse monétaire a augmenté fortement, donc de 2010 à 2018, les taux de croissance de la quantité de monnaie et du produit intérieur brut ont été pratiquement identiques à savoir 4 % par an.  Ça veut dire quoi ? ça veut dire qu’on avait une hausse de la masse monétaire, donc de l’argent en circulation de 4 %.

Et bizarrement, c’est la théorie quantitative de la monnaie. La hausse de l’activité, donc du PIB a été environ de 4% au niveau mondial. Donc jusque là, c’est logique.

Maintenant, on se rend compte que la hausse de la masse monétaire aujourd’hui, elle est bien plus importante. Du 11 au 18 mars, les dépôts dans les banques américaines ont augmenté de 2,2 % et au cours des sept jours suivants, ils ont augmenté de 2,5%. En d’autres termes en trois semaines, ils ont augmenté de 6%. Donc on a une hausse de la masse monétaire de 6%, du moins de ces dépôts qui sont une partie de la masse monétaire.

Maintenant d’un autre côté, est-ce que le PIB, c’est à dire la croissance économique, a augmenté ? Non, on a une contraction. On parle de 10%, 20% du PIB. Donc d’un côté, on a un PIB qui s’effondre et on a la masse monétaire qui augmente, vous voyez où je veux en venir ?

C’est à dire que si la croissance diminue mais que l’offre de monnaie augmente, à un certain moment, soit le PIB devra augmenter pour rattraper la demande, soit on est face à un phénomène de monnaie de singe, la monnaie augmente trop fortement. 

Le contraste entre la réponse passive de la FED à la grande dépression, donc de 1929 lorsque la quantité de monnaie a chuté de 1% par mois et sa récente hyperactivité lorsque la quantité de monnaie a augmenté de près de 2% en une seule semaine ne pourrait être guère plus grand, c’est à dire que là c’est excessif, (on a mis trop d’argent trop vite). Si le récent taux d’augmentation se poursuivait pendant un an selon Congdon, les intérêts composés feraient gonfler les dépôts bancaires de 175%. On n’y est pas mais si on continue, en fait on va avoir une masse monétaire qui va exploser.

Et comme les dépôts bancaires constituent la principale source de monnaie décrite par Friedman et Schwarz, la quantité de monnaie s’envolerait à un rythme similaire, c’est à dire qu’on aurait une inflation dépassant les 100%. Si on exclut les années qui ont immédiatement suivi la guerre d’indépendance, les dernières semaines ont connu de loin le taux d’expansion monétaire le plus élevé de l’histoire des Etats-Unis, et donc bien sûr cette offre de la monnaie. Alors, j’espère que ce n’est pas trop technique mais encore une fois vous voyez un peu le principe ?

La banque centrale crée de la monnaie ou du moins, émet de la monnaie pour permettre de diminuer les taux d’intérêts, pour de soutenir l’activité économique.

Par exemple ? elle va dire, je vais acheter des actions, je vais acheter des obligations. Mais elle va les acheter avec quoi ? avec quel argent ? l’argent qu’elle va créer elle même !

Et donc, tout ça ça permet d’éviter un effondrement de la bourse, et ça permet d’éviter une hausse des taux d’intérêt.

Parce que en émettant de la monnaie, elle permet effectivement de limiter la hausse des taux d’intérêt, et donc de rassurer les investisseurs parce que les investisseurs peuvent prendre peur.

S’ils prennent peur, ils vont vendre les obligations, ils vont vendre les actions, et ça provoquerait une forte hausse des taux d’intérêt.

La hausse des taux d’intérêt, ça provoquerait une baisse de l’investissement, une baisse de la consommation, une hausse du chômage, et donc une aggravation de la situation économique.

Grâce à ces injections massives, on a évité la débandade

Donc le fait de d’augmenter l’offre de monnaie et de créer cette monnaie, et de monétiser la dette, tout ça c’est positif à court terme pour limiter justement une situation incontrôlable. Ces liquidités massives abondantes ont permis de soutenir les entreprises en difficulté. Et on l’a vu, beaucoup d’entreprises auraient dû faire faillite. Et grâce à ces injections massives, on a évité la débandade.

Çà a permis de soutenir le pouvoir d’achat des ménages avec tout l’argent qui a été distribué, le chômage partiel, les chèques et l’hélicoptère monnaie etc, et donc ça a permis de soutenir la demande. Donc on est bien d’accord que la demande elle a tenu bon.

Maintenant si l’offre ne se reprend pas rapidement, il va se passer ce que je vous ai dit précédemment. C’est à dire que si la demande est bien plus importante que l’offre : inflation. Et donc, il est raisonnable de penser selon Congdon encore une fois, que d’ici le printemps 2021, la quantité d’argent aura augmenté de 15% et peut-être même de 20%.

Donc, soit on a une croissance de 15%, soit on a une inflation de 15%. Et ça pourrait dépasser les records en temps de paix dépassant les pics précédents dans les années 70 marqués par l’inflation. 

Les décideurs politiques ont maintes fois qualifié de guerre, la bataille contre le nouveau coronavirus. Et c’est vrai qu’en France ou partout dans le monde, on a parlé de guerre.

Et comme en temps de guerre, les dépenses fédérales, c’est à dire de l’Etat, augmentent fortement tandis que les recettes fiscales sont touchées par le blocage.

Qu’est ce qui se passe en situation de crise ?

On est bien d’accord que les dépenses augmentent fortement et on l’a vu, mais les impôts diminuent fortement parce que il y a moins de croissance, il y a moins de consommation, il y a moins d’investissement, et tout ça fait qu’il y a moins d’impôts. Donc, les dettes publiques vont exploser et c’est déjà le cas aujourd’hui.

Les guerres mondiales sont souvent suivi par une inflation

Donc les deux guerres mondiales, (la première et la deuxième) ainsi que la guerre du Vietnam ont été suivies par de terribles poussées d’inflation et ça c’est vraiment puissant. Parce que c’est vrai qu’après la première guerre mondiale et la deuxième guerre mondiale, on a eu une inflation. Et également après la guerre du Vietnam, donc c’est les années 70.

Et si ça se reproduit, qu’est ce qui se passe ?

On va probablement avoir une reprise de l’inflation. Alors aujourd’hui bien évidemment, on a acclamé les dirigeants politiques parce qu’ils ont fait ce qu’il fallait. Mais si à un certain moment l’inflation reprend fortement = gros problème !

Premièrement : 

Parce que justement on a importé massivement de la Chine. Et la Chine bien évidemment, ça coûtait beaucoup moins cher que de le faire sur place. Mais le rôle de la Chine est en train de changer, c’est que la Chine c’était l’ancien atelier du monde.

Auparavant, ça ne coûtait pas cher de recruter des personnes en Chine. Mais ces derniers mois, voire ces dernières années, le coût de la main d’œuvre en Chine a commencé à augmenter fortement, « offre et demande ».

Et donc la Chine s’est dit : « On va se recentrer sur le marché intérieur ». C’est pour ça qu’aujourd’hui on voit le combat Chine Vs Etats-Unis. Mais en fait on ne comprend pas que la Chine aujourd’hui, elle s’en fiche parce que elle a un marché intérieur assez important et qu’elle n’est plus aussi faible qu’avant. Aujourd’hui elle est plutôt en position de force. 

Deuxièmement : 

Montée du protectionnisme, élections américaines en 2020. Donc ça peut effectivement provoquer de l’inflation et la relocalisation de certaines activités.

Si l’inflation repart, ce sera difficile pour les Etats de l’empêcher

Pourquoi ? Parce qu’il y a trop d’argent sur l’économie. Et ce sera impossible d’augmenter les taux d’intérêt parce que les dettes sont très importantes. C’est à dire si aujourd’hui la France augmente les taux d’intérêt, ce serait catastrophique.

Avec une dette qui représente 120% du PIB. Donc aujourd’hui, on maintient les taux d’intérêts extrêmement faibles parce que ça permet d’être gérable.

Mais imaginons que les taux d’intérêt augmentent, les dettes aujourd’hui on les tient parce que les taux d’intérêt sont faibles. Et donc ça pourrait provoquer un krach obligataire et un coût prohibitif de la dette.

Si on augmente les taux d’intérêt, (ce qui est peu probable pour le moment), ça provoquerait un krach obligataire et un coût prohibitif de la dette, c’est à dire que l’Etat serait étranglé. Aujourd’hui, ce qui leur permet de tenir, ce sont les taux d’intérêt historiquement faibles.

Quels seront les gagnants et les perdants ?

Les grands perdants :

Ce seront les épargnants et les retraités avec la possibilité d’avoir une pension désindexée car les gouvernements n’auront plus de marge de manœuvre avec des dettes aussi importantes.

Les grands gagnants :

Les gagnants pourraient être les salariés avec une hausse du pouvoir de négociation si on a une hausse du protectionnisme et des relocalisations. Et le problème ce serait la formation d’une boucle prix-salaires.

Je m’explique :

Si vous avez une relocalisation, ça veut dire qu’on reproduit pas mal de choses en France, aux Etats-Unis ou ailleurs, les personnes qui seront sur place vont se dire, « Les prix augmentent, donc moi je veux une hausse du salaire, de mes salaires ou de mes revenus ».

Et donc comme ils vont demander une hausse de leurs revenus, l’entreprise va dire : « Puisque vous avez négocié et qu’on n’a pas trop le choix, on va augmenter vos salaires ». Et donc l’entreprise comme elle ne s’y retrouve plus, elle va également augmenter ses prix et on se retrouve dans une boucle, (les salaires qui augmentent, les prix qui augmentent, les salaires qui augmentent), et ça donne de l’inflation, voire de l’hyperinflation.

C’est ce que l’on a eu dans les années 70 et c’est pour ça que je dis souvent, j’ai peur que cette crise ressemble un peu aux années 70.

C’est à dire la fin d’une période de forte croissance et une période de grande incertitude et une période d’inflation…. On n’y est pas encore mais je pense que c’est intéressant d’avoir ce raisonnement en tête juste pour se préparer à cette éventualité.

Les banques centrales ont sorti l’artillerie lourde, la planche à billet a tourné massivement atteignant des records historiques !!💰💰

Pourtant personne ne semble s’alarmer de la situation, personne ne semble avoir peur de la dette publique et de l’inflation voir de l’hyper inflation…🚨

Mais une chose est sure : 

Émettre autant de monnaie aussi vite peut représenter un grave danger à long terme ⚠️

👇👇👇👇👇

📕Rejoignez-moi sur Telegram : http://thami.net/telegram

📙Téléchargez l’audio du Best Seller AGIR : https://thami.net/agir-audio

📕Suivre la MasterClass TKL Invest : https://thami.net/invest

 

À LIRE AUSSI :  Karim, je vais devenir millionnaire grâce à TKL LFA!
Share This